Ancienne Abbaye de Marbach
Menu  
  Abbaye de Marbach, une association
  Marbach, histoire d'une Abbaye
  Les Jardins de l'Abbaye
  Saison culturelle 2017
  Narthex - fiche technique
  Soutenir l'Abbaye
  Dans la presse...
  Contact
  Y aller...
  Forum (CoVoiturage)
  Livre d'or
  Le Blog
  Saison 2016 (archives)
  Saison 2015 (archives)
  Saison 2014 (archives)
  Saison 2013 (archives)
  Saison 2012 (archives)
  Saison 2011 (archives)
  Saison 2010 (archives)
  => Samedi 5 juin
  => Dimanche 13 juin
  => Vendredi 18 juin
  => Samedi 19 juin
  => Dimanche 20 juin
  => Dimanche 20 juin 17h00 (Mulhouse)
  => Vendredi 9 juillet
  => Samedi 10 juillet (Ottmarsheim)
  => Dimanche 11 juillet (Mulhouse)
  => Samedi 24 juillet
  => Vendredi 6 août
  => Samedi 7 août (Mulhouse)
  => Dimanche 8 août (*)
  => Samedi 14 août
  => Samedi 21 août
  => Samedi 28 août
  => Vendredi 3 septembree
  => Samedi 4 septembre (Mulhouse)
  => Dimanche 5 septembre (Trois Epis)
  => Samedi 11 septembre
  => Dimanche 19 septembre
  => Mardi 7 septembre
  => Dimanche 12 septembre
  => Les Concerts
  => L’abbaye aux abeilles
  => Signes des Temps
  => Les expositions
  Saison 2009 (archives)
  Saison 2008 (archives)
  Conte et Fleurettes (archives)
  Compteur
Association Abbaye de Marbach
Dimanche 13 juin
Dimanche 13 juin 2010, 17h00
...entrée libre avec plateau...


Le Livre Vermeil
de Montserat



Avec :

13 chanteurs de la classe de Dominique Paul Strubel
(M.J.C. de Colmar)

3 violes de la classe de viole de Belfort que dirige Chantal Baeumler

Crom-horns et de violes de la classe de Chantal Baeumler

Percussions et flûtes de l'ensemble Soalteba de Colmar
que dirige Agnès Keller

 
Stella Splendens

Le Livre Vermeil de Montserrat (en catalan : Llibre Vermell de Montserrat) est une collection de musique médiévale, profane et religieuse, dont le manuscrit du XIVe siècle était déposé au Monastère de Santa Maria de Montserrat près de Barcelone  en Catalogne.

Le manuscrit a été écrit vers 1399 et contenait environ 350 pages (172 doubles pages format in-folio) dont 137 nous sont parvenues (suite notamment à l'incendie qui ravagea le monastère pendant la campagne napoléonienne d'Espagne en 1811). Le titre fait allusion à la couverture de velours rouge qui contenait la collection à la fin du XIXe siècle. Toutes les œuvres sont anonymes.

Le monastère héberge le sanctuaire de la Vierge de Montserrat qui était un lieu de pèlerinage très fréquenté au moment de la constitution du manuscrit.

Le réalisateur anonyme de cette compilation en définit clairement le contenu :

    Quia interdum peregrini quando vigilant in ecclesia Beate Marie de Monte Serrato volunt cantare et trepudiare, et etiam in platea de die, et ibi non debeant nisi honestas ac devotas cantilenas cantare, idcirco superius et inferius alique sunt scripte. Et de hoc uti debent honeste et parce, ne perturbent perseverantes in orationibus et devotis contemplationibus.
    "Les pèlerins voulaient chanter et danser pour rester vigilants la nuit dans l'Eglise de la Bienheureuse Marie de Montserrat, mais également dans la lumière du jour. De plus, les chants n'étaient autorisés dans l'église que s'ils demeuraient chastes et pieux. C'est pour ces raisons plus ou moins bonnes, que ces chants ont été composés. Ils devaient donc être utilisés avec modestie en prenant garde de ne pas perturber ceux qui étaient plongés dans la prière ou dans la dévotion contemplative."

Ces cantiques étaient donc écrits pour des pèlerins afin qu'ils puissent utiliser un registre chaste et pieux. Ils sont rédigés en catalan ou en latin. Bien que la collection ait été réalisée à la fin du XIVe siècle les styles musicaux utilisés semblent plus anciens. Par exemple, le motet « Imperayritz de la ciutat joyosa » contient deux textes différents qui pouvaient être chantés en même temps, un style qui était considéré comme vieillot au moment de la constitution du manuscrit.

Ces cantiques possèdent de nombreuses caractéristiques de la musique traditionnelle ou des hymnes. Certains sont des monodies et d'autres sont construites en deux ou quatre parties polyphoniques. Certaines monodies peuvent être chantées en canon. La simplicité relative de ces cantiques, couplées avec de fortes mélodies, ont contribué à assurer le succès postérieur du livre vermeil. Ils sont donc fréquemment joués dans des compilations de musique ancienne.



Mariam Matrem Virginem
Un Narthex en Musiques  
   
Marbach, histoire d'une abbaye  
  Abbaye de Marbach 68420 Obermorschwihr  
Partager  
  Bookmark and Share


 
117922 visiteurs